lundi 8 mars 2010

Dictionnaire de l'Académie française. Septième édition (1878).


"L'édition est d'une élégance remarquable".
Félix Courtat
"Monographie du Dictionnaire de l'Académie Française" ( Paris, Henri Delaroque, 1880 )

Je continue aujourd'hui la présentation des huit éditions du Dictionnaire de l'Académie française. La neuvième est en cours de publication. Mon article du 25 janvier présentait la huitième édition (1932-1935), la seule, bien complète, parue au XXe siècle. Puisque j'ai choisi de reculer dans le temps, je vous montre aujourd'hui la septième édition (1878), la seconde des deux éditions du Dictionnaire de l'Académie parues au XIXe siècle. La première du XIXe siècle a paru en 1835.
Cette édition est composée de deux volumes in-quarto; les définitions couvrent 903 pages dans le tome premier et 967 pages dans le second. L'intérêt pricipal de cette septième édition du Dictionnaire, c'est qu'on y reproduit intégralement, au début du tome premier,  les préfaces de toutes les éditions du Dictionnaire de l'Académie parues jusqu'alors. On trouve donc, outre la préface de ce Dictionnaire de 1878, celles des éditions de 1694, de 1718, de 1740, de 1762, de 1798 et de 1835. Ce sont des textes importants que l'Académie a eu l'intelligence de reproduire exactement, c'est-à-dire avec l'orthographe de leur publication originale, sans ajustement ou rectification. Comme il est fort difficile d'avoir sous la main toutes les éditions du Dictionnaire, la seule possession de cette édition de 1878, qui n'est pas difficile à trouver, permet de voyager parmi toutes les préfaces du Dictionnaire de l'Académie. Voici la page de titre du tome premier.
L'exemplaire que je vous présente ici est le premier Dictionnaire de l'Académie que j'ai acquis. C'était, vers 1985, au Salon du Livre Ancien de Montréal. Je ne l'ai payé que soixante-quinze dollars. En dollars d'aujourd'hui, c'est peut-être cent cinquante dollars. Ma longue quête pour trouver d'anciens dictionnaires de langue française a vraiment commençé avec cet exemplaire. Je me souviens encore de ma première émotion quand j'ai commencé à consulter l'exemplaire, que je trouvais bien vieux à l'époque; maintenant il me paraît bien jeune. Ce dictionnaire n'est pas rare; j'en ai acheté un second exemplaire il y a deux ans environ, à Québec, pour le même prix, ou à peu près le même prix. Si vous trouvez un exemplaire à prix modéré sur internet ou dans une librairie d'occasion n'hésitez pas à l'acheter; ce n'est pas un dictionnaire rare mais il est bien fait : bon papier, superbe typographie, belle mise en page sur trois colonnes, et, comme je viens de l'indiquer: toutes les préfaces, de 1694 à 1878. Félix Courtat, dans sa "Monographie du Dictionnaire de l'Académie Française" ( Paris, Henri Delaroque, 1880) a dit de cette édition, à la page 65 : "L'édition est d'une élégance remarquable. Aucune des précédentes in-4 ne peut lui être comparée, sous ce rapport, comme sous celui de l'impression."
L'exemplaire que je possède a un défaut. Un mauvais assemblage des cahiers coupe la préface de 1718 par le début des premières pages de la lettre " A "; on continue ensuite la préface de 1718, celle de 1835, et on ne reprend la suite des définitions des mots qui commencent par " A " qu'après la préface de 1835. Donc un dictionnaire mal assemblé. Mais heureusement, tout le contenu y est, même s'il faut s'accommoder du désordre de l'atelier de l'imprimeur ou du relieur. Je relève ce défaut pour montrer qu'il faut bien examiner les vieux livres avant de les vendre ou de les acheter. Voici deux photos qui montrent l'erreur d'assemblage. La première, ici, montre que la préface de 1718 est interrompue par le début des définitions des mots commençant par " A " . Cliquez sur la photo pour la voir en gros plan, puis revenez en cliquant sur votre flèche de retour de page ( pas sur le X qui vous ferait quitter le blogue ).

La seconde photo montre que les définitions sont interrompues par la suite de la préface de 1718 :

Pour en finir avec les faiblesses de cet exemplaire, il faut noter que le cuir des dos est mince et qu'il craque facilement. Photo :



On voit donc que les vieux livres ne sont pas toujours parfaits. En fait ils le sont rarement. Mais on aime tout de même certains livres comme on aime certaines femmes exceptionnelles: belles mais imparfaites, aux menus défauts qui, loin de diminuer leur attrait, leur ajoute un charme particulier. Comme ces "mouches", ces petits morceaux de taffetas noir qu'appliquaient les belles d'autrefois sur leur visage pour souligner la blancheur de leur peau. Elles faisaient mouche, justement ! Il faudra bien que j'écrive sur cette mode, aujourd'hui disparue.
Je reviens à mon exemplaire. Un envoi, sur une page de garde du tome premier, montre que ce dictionnaire a été offert, le 3 février 1880, à la Supérieure du Couvent de Verchères, Soeur Wenceslas (?) par un dénommé Segmin (?), prêtre (?). Mes recherches sont restées vaines à ce sujet. Mais l'inconnu, s'il ne signe pas lisiblement, signe avec une main large et orgueilleuse. On nommait anciennement "cadeaux" les traits de main des maîtres d'écriture, d'où le sens de choses spécieuses (de belle apparence) mais inutiles, et ensuite les sens de divertissement, de fête...et finalement le sens actuel de présent ( source : Littré ).  Voici la photo.


Je veux  aussi vous montrer le beau papier marbré qui est au début des volumes, sans cacher, au centre, un ruban de restauration (*). Presque une peinture abstraite. Et je ne le dis pas en mauvaise part. Photo:


Dans ce dictionnaire, l'Académie dit elle même qu'elle apporte peu de changements à l'orthographe. Cependant, elle souligne dans la préface qu'elle retranche quelques lettres doubles : consonnance s'écrira désormais avec un seul n : consonance. On disait une seule n à l'époque. Et, " Dans les mots tirés du grec elle supprime presque toujours une des lettres étymologiques quand cette lettre ne se prononce pas; elle écrit: phtisie, rythme, et non phtisie, rhythme. L'accent aigu est remplacé par l'accent grave dans les mots : piège, siège, collège, et dans les mots analogues. L'accent grave prend aussi la place de l'ancien tréma dans les mots poème, poète, etc. "
Mon prochain article portera sur un mot qui a complètement changé de sens depuis un siècle et demi.

(*) : En fait, comme nous l'apprend Bertrand dans la section commentaire, ce n'est pas un ruban de restauration, mais plutôt un montage "sur charnière" qui assure plus de solidité.

7 commentaires:

Bertrand a dit…

Juste une précision, ce que vous montrez comme "un ruban de restauration" est en fait un montage dit "sur charnière", la charnière intérieure des volumes pouvant être "nue" (le papier marbré vient s'insérer dans la charnière intérieure - montage le plus courant mais aussi le plus fragile), sur charnière "toile" (comme ici - apporte déjà une plus grande solidité) ou charnière "cuir" (encore plus solide et réservé le plus souvent aux reliures de grand luxe), ce type de montage se retrouvant le plus souvent sur des ouvrages volumineux, donc lourds, donc fragiles.

Sinon, merci de cette présentation. J'aime bien votre notion de "femme imparfaite"... j'avoue ma préférence pour les Top model, mais il est vrai que ce n'est pas le même prix (sourire) - je parle des livres bien sur, les femmes n'ont pas de prix. Enfin, presque...

B.

Pierre Bouillon a dit…

Merci Bertrand pour cette précision sur le montage dit "sur charnière", qui assure plus de solidité aux volumes. J'ai pris soin de montrer les défauts de mon exemplaire mais je lui en ai trouvé un qu'il ne méritait pas semble-t-il !
Pierre

Pierre a dit…

Il est assez facile de redonner la couleur originelle aux épidermures rouges ou rouilles qui affectent les coiffes et les mors des ouvrages de cette époque si cela est superficiel. Simple question d'esthétique me direz-vous mais une femme imparfaite qui a du charme n'en perd pas si elle est bien maquillée...

J'utilise de la peinture sur soie (Kniazeff) que je dilue à l'eau en fonction de la couleur recherchée et que j'applique au petit pinceau. Une fois la couleur fixée, un peu de colle acrylique au doigt en séchant redonne un vernis acceptable.

On peut s'entrainer sur du papier buvard. Pierre

Pierre Bouillon a dit…

Conseil intéressant. Une technique qui m'était inconnue. J'essaierai, avec prudence. Améliorer, oui. Déguiser,non.
Merci

cevugown a dit…

Super-Duper site! I am loving it!! Will come back again – taking your RSS feeds also, Thanks.

cheap clomid

Anonyme a dit…

bonjour,
j'ai trouvé dans une vente un seul
tom (le premier) de la septième edition et je recherche le deuxieme
tom
Merci de me donner des "tuyaux"
pour le trouver .
Je puis aussi vendre le miens aux fins de reconstituer l'ensemble.
castanie.antoine@neuf.fr
merci

Pierre Bouillon a dit…

Bonjour Antoine. C'est toujours risqué d'acheter un exemplaire dont il manque un tome en espérant de trouver plus tard le tome égaré. J'espère que vous avez acheté votre tome premier à bas prix. Cela dit, votre livre contient toutes les préfaces des éditions anciennes du Dictionnaire de l'Académie; cela vaut mieux que le tome 2 qui vous manque. Je vous conseille de chercher le tome 2 en consultant les sites spécialisés de vente de livres, comme AbeBooks, par exemple. Voici le lien:
http://www.abebooks.com/
Je vous souhaite bonne chance. Et si je voyais un tome second sur le marché je vous ferai signe. Cordialement,
Pierre Bouillon