vendredi 20 novembre 2009

Autographe de VICTOR HUGO.




Autographe de Victor Hugo.

Pour reposer et remercier mes lecteurs d'avoir fait la traversée de mon long article sur " Un tien vaut mieux...", je propose ici, pour le seul plaisir des yeux un envoi de Victor Hugo à Émile de Girardin. Cet autographe est dans un exemplaire de l'édition de 1875 des "Châtiments" que Victor Hugo a offert au publiciste Émile de Girardin, fondateur, en 1836,  du journal politique "La Presse". Le génie de monsieur Émile de Girardin ( 1806-1881 ) a été d'avoir l'audace de vendre son journal à bas prix en tablant sur le tirage et l'augmentation des recettes publicitaires pour compenser les pertes ( Source : " La Grande Encyclopédie ", à Paris, tome dix-huitième sur trente-et-un ). Avec lui, la presse entre dans la modernité. On comprend que Victor Hugo ne perdait pas son temps en soignant Émile de Girardin.
Cet exemplaire est un in-octavo dans une modeste reliure en demi-chagrin noir. Je dis que c'est une reliure "modeste" pour éviter de dire qu'elle est presque laide. On voit que le dos a souffert; le tan du cuir ( ce qui est d'une couleur tirant sur le brun-orange  ) affleure et reste aux mains quand on manipule le volume. Comme toujours, cliquez sur une photo pour l'agrandir; cliquez sur votre "retour de page" pour revenir au blogue.



Bref, un livre qui n'est pas très beau mais il est attachant parce que Victor Hugo l'a tenu dans ses mains. Je vous laisse deux dernières photos. Vous verrez que Hugo n'a pas lésiné sur l'encre. Il écrivait à la plume d'oie. Celle qu'il a utilisée a été taillée large et laissait couler beaucoup d'encre; à tel point que l'encre a traversé la page, dont vous voyez ici le verso :






Revoyez la photo qui coiffe cet article.On sent nettement dans cet envoi de Victor Hugo un élan, une vigueur, une énergie "hugolienne" à l'image de sa personnalité et de son oeuvre. Il mourra dix ans plus tard, à Paris, le 22 mai 1885.

5 commentaires:

Pierre a dit…

Les correspondances privées, écrites sur un support papier, ont pratiquement disparu aujourd'hui avec internet. Ces autographes ont donc un charme sans égal.

On laisse le livre fermé et anonyme sur ses rayonnages ou on le présente ouvert quand on a un livre dédicacé ?

Pierre

Pierre Bouillon a dit…

Bonjour Pierre,
Je laisse toujours le livre autographié "fermé et anonyme sur ses rayonnages".
Je laisse ces livres fermés pour protéger de la lumière l'encre et le papier. Curieusement, j'ai l'impression que l'encre de Hugo a légèrement pâli depuis que j'ai acquis l'exemplaire, il y a quinze ou vingt ans. Cette précaution, garder ces livres fermés, me permet aussi, je le confesse, de faire un peu d'esbroufe quand je parcours avec un invité les livres alignés et que j'en tire un "au hasard" qui est autographié. Ces livres rares qui nous coûtent si cher peuvent bien nous le rendre un peu à l'occasion !
Je n'ai pas beaucoup de ces livres avec un envoi, mais ils ont, comme vous le dites "un charme sans égal".
Au plaisir de vous lire.
Pierre

Anonyme a dit…

bonjours voilas je vient d acheter un livre qui provient d un vide grenier et a l intterieur se trouve un texte ecrit et signe victor hugo se texte je vous le d ecrit
je donne cinquante mille francs aux pauvres de paris
je desire etre porte au cimetiere dans leur corbiare
je refuse....de toutes les eglisesje demande une priere a toutes les ames
je crois en dieu victor hugo je peut joindre une photo

Anonyme a dit…

S'agit-il d'une lettre originale, signée de la main même de Victor Hugo? Donc: pas une copie, pas une reproduction...
S'il s'agit vraiment d'une lettre originale je suis intéressé à l'acquérir, et à bon prix.
Envoyez-moi une photo.
Communiquez directement avec moi à:
pierrebouillon1@gmail.com
ou à:
bouillonpierre@hotmail.com

Cordialement
Pierre Bouillon

Anonyme a dit…

VOUS ENVOIENT DES PHOTOS SUR VOTRE ADR7SSE èMAIL MERCI