mardi 6 octobre 2009

Mot oublié. ÉPELIR


Mot oublié. ÉPELIR

Je trouve ce mot rare, '' épelir ", dans l' " Invantaire des deus langues... " dont je parle dans l'article qui précède. Nous lisons ici : '' Epelir, eclorre, mettre hors de coque an (sic) couvant (...) Les oiseaus Epelissent leurs oeufs en couvant (...); " Epelir, eclorre, sortir de coque, etant couvé (...) Les petits oiseaus Epelissent aucuns plustot, aucuns plus tard (...)" . C'est moi qui ajoute l'accent aigu sur le '' E '', puisque l'auteur, le père Philibert Monet, ou l'imprimeur, n'en a pas mis non plus sur "eclorre", qu'on prononçait sans doute "éclorre'', et qu'il n'en met pas plus sur " etant '' qu'on prononce '' étant '' . Je corrigerai si je trouve une raison d'enlever l'acent aigu.

1 commentaire:

jean-pierre Cabrolier a dit…

Bonjour,
voici quelques considérations sur ce mot, très courant pour les occitans (Sud de la France)

et que nous devons à Robert Geuljans le 4 jan 2012 dans e
site : http://www.etymologie-occitane.fr

Espelir « éclore »; espelido « naissance »
Gni aghet uno bel ëspelido « un nombreuse naissance lorsqu’on parle des poussins ou des vers à soie » (Sauvages). Une visiteuse m’écrit « si on met l’énergie à faire des projets ils espeliront « .

L’étymon, latin expellere « pousser dehors, chasser, bannir » est devenu espelir en ancien occitan avec le même sens. Mais déjà à cette époque est attesté le sens » faire éclore » spécialement en parlant des oeufs . Les attestations dans les parlers modernes viennent surtout du domaine occitan et franco-provençal. Là où on faisait la sériciculture le verbe et les dérivés s’appliquaient surtout aux vers à soie. L’espelidouiro est le « cabinet où l’on les fait éclore ».

Un peu partout espelir prend aussi le sens « s’ouvrir, germer » en parlant des boutons de fleurs , « poindre » (le jour) , « s’épanouir ».